Hôtel Westminster - 1924

Hôtem Westminster - 1960
Hôtel Westminster - 1960

En 1924, un hôtel fastueux rajoute du prestige à Paris-Plage

En 1924, c'est d'abord l'aile Ouest du palace qui voit le jour. Construit sur l'emplacement d'un éphémère "casino de la Forêt", par la société des grands établissements du Touquet, selon les plans de l’architecte Auguste Bluysen, le Westminster est le symbole et la mémoire du "Touquet chic" des années folles. En 1926, l’hôtel s’agrandit, avec l’aile Est et l’entrée actuelle, lui donnant une façade de 130m et lui permettant de passer d'une capacité de 110 à 250 chambres. Durant les années 1930, le plus "british" des palaces Paris-Plageois s' honore régulièrement du passage du prince de Galles, de Louis de Monaco, de Marlene Dietrich et de nombreuses autres personnalités du gotha et de de la jet set de l'époque.

Ambiance feutrée et conviviale au bar du Westminster
Ambiance feutrée et conviviale au bar du Westminster

Le refus de l'ostentatoire

Pourtant, les grands de ce monde qui fréquentent le Westminster n'y viennent pas pour s'y montrer, comme ce fut le cas pour le Royal Picardy, mais pour s'y sentir bien. On aime se ranger à la mentalité du Nord qui refuse l'exubérance et la démonstration. On y cultive plutôt un art de vivre dominé par la modestie et la discrétion, où l'on marie élégance et sobriété, loin de tout artifice.

Vue aérienne de la façade arrière de l'hôtel Westminster avant 1944, avec les anciens phares au premier plan
Vue aérienne de la façade arrière de l'hôtel Westminster avant 1944, avec les anciens phares au premier plan

Bombardé en 1944, l'hôtel réouvre en 1946 et est entièrement restauré par les propriétaires dans les années 1980.

La façade actuel du Westminster caractérisée par la couleur rose de ses briques
La façade de l'hôtel Westminster, coulisse prestigieuse des boutiques de l'avenue du Verger

Un style anglais résolument affirmé

La devanture immense faite de briques roses et de bow-windows donne au prestigieux hôtel Westminster de Paris-Plage un style profondément britannique.

L'entrée du Westminster avec son porche fastueux
L'entrée du Westminster

La marque des années folles

L’entrée majestueuse montre que l’hôtel a gardé le charme des années folles. L'établissement est équipé d’un bar feutré aux fauteuils rouges, de 115 chambres et suites aux styles cosy et art déco, de deux restaurants dont « le pavillon » (une étoile au guide Michelin) et « les cimaises », brasserie de luxe, d'un spa avec piscine, d'un hammam et d'un jacuzzi. les célébrités continuent à y descendre pour profiter d'un généreux savoir-faire de tradition. En 1986, une partie de l'aile ouest, détenue par le propriétaire du golf, le groupe Boissonnat, a été reconvertie en appartements de luxe privatifs.

Ancienne affiche ventant les atouts de paris-Plage à la clientèle anglaise
Ancienne affiche ventant les atouts de paris-Plage à la clientèle anglaise

Un hôtel qui profite d'une station qui attire le monde entier

Après la période des têtes couronnées et des Maharajahs, jusqu'en 1939, les années 1950 - 1960 ont drainé jusqu'aux portes du Westminster un nombre impressionnant de vedettes en tournage au Touquet ou en villégiature, de sportifs venus s'entraîner ou se ressourcer dans la station et de journalistes internationaux venus couvrir des événements régionaux. Une galerie de portraits dédicacés des célébrités descendues au Westminster en témoigne à l'intérieur de l'hôtel. On y croise le prince Aga Khan, Edith Piaf, Martine Carol, Jeanne Moreau, Charles Aznavour, auxquels se sont ajoutés plus récemment Jacques Dutron, Daniel Auteuil, Pierre Richard et Charlotte Rampling pour le tournage au Touquet du film "Embrassez qui vous voulez". L'aristocratie britannique continuait à affluer par tradition, bien que l'on raconte que certains d'entre eux utilisaient plutôt l'hôtel comme base d'hébergement de leurs maîtresses, à l'heure où ils séjournaient eux-mêmes à l'Hermitage, avec leur épouse!

Le hall de l'hôtel Westminster et l'élégante cage de son ascenseur
Le hall de l'hôtel Westminster et l'élégante cage de son ascenseur

Le Westminster, seul hôtel de luxe de l'époque de Paris-Plage encore en activité.

Outre sa position géographique idéale dans la station, entre la forêt et la mer, au début du centre ville, sa force reste aujourd'hui son atmosphère et l'authenticité de son charme. Il est le seul lieu de la station où l'on peut encore respirer le parfum du Paris-Plage d'antan, tout en se sentant à l'aise dans un univers empreint de noblesse non ostentatoire.