Le Phare de la Canche et la pêche

Le port d'Etaples et les anciens phares de la Canche au fond à gauche, sur la pointe du Touquet
Le port d'Etaples et les anciens phares de la Canche au fond à gauche, sur la pointe du Touquet

Des phares pour guider les pêcheurs

L'actuel phare de la Canche guide la remontée et la descente de la Canche depuis la haute mer jusqu'au port d'Etaples
L'actuel phare de la Canche guide la remontée et la descente de la Canche depuis la haute mer jusqu'au port d'Etaples

Les phares maritimes ont été le premier moyen de guider les bateaux de pêche qui devaient sortir en mer et regagner leur port d'attache, en toutes saisons et toutes circonstances. Indépendamment des conditions météorologiques qui pouvaient compliquer l'exercice et le rendre parfois dangereux, les marins-pêcheurs d'Etaples, compte tenu de la situation géographique du port, situé en amont d'un estuaire, étaient contraints de franchir les passes de l'embouchure de la Canche et de remonter le fleuve jalonné de bancs de sable.

Les pêcheurs d'Etaples réparant les filets entre deux sorties en mer
Les pêcheurs d'Etaples réparant les filets entre deux sorties en mer

Faciliter la navigation des pêcheurs dans la baie de Canche

La nécessité de nourrir leurs familles et de livrer le poisson dans les délais de fraîcheurs et de vente, ajoutée aux contraintes des hauteurs de marées, permettaient rarement que l'on profite des meilleures conditions météo pour prendre la mer ou rentrer au port. Les hommes ont donc inventé des systèmes de repérage et de signalisation des dangers et des obstacles, afin de faciliter les mouvements des navires de pêche entre les installations portuaires et le large. Les phares de la Canche en font partie.

L'accès au port d'Etaples : repérages en baie de Canche

Le rôle des phares de la pointe du Touquet

Les premiers phares de la Canche sur la pointe du Touquet, éclairés au pétrole avant d'être électrifiés
Les premiers phares de la Canche sur la pointe du Touquet, éclairés au pétrole avant d'être électrifiés

L'approche de la côte à l'embouchure de la baie de Canche est signalée à partir de 1852 au moyen de deux grands phares de 54 m de hauteur. Elevés au sud de l'estuaire de la Canche, sur la pointe du Touquet,  ils succèdent aux premiers phares de 22 m de hauteur qui avaient été érigés à 450 m au nord-est du nouvel emplacement.

Chalutier pêchant parallèlement à la plage du Touquet
Chalutier pêchant parallèlement à la plage du Touquet

L'actuel phare de la Canche reste aujourd'hui une aide visuelle pour la  pêche nocturne des poissons plats (limandes, soles, carrelets) pratiquée sur les hauts fonds parallèles aux plages du secteur du Touquet. Il aide notamment les navires à pénétrer correctement dans la passe de l'estuaire, même si les bateaux de pêches, aujourd'hui basés sur Boulogne, en raison de la diminution du tirant d'eau de la baie, regagne rarement le port d'Etaples. Les techniques modernes du système GPS permettent certes une orientation fiable, mais les repères visuels, tels que le phare et les balises lumineuses, à l'approche des bancs de sable de l'estuaire, sont une aide complémentaire, indispensable pour réussir une entrée correcte dans le chenal de la baie menant au port.

Les autres moyens de repérage en baie de Canche

Le phare d'Armand sur les dunes de Camiers
Le phare d'Armand sur les dunes de Camiers

Un second phare, le phare de Camiers, dénommé "phare d'Armand" est érigé au nord du chenal de la Canche à proximité de la commune de Camiers, sur la rive nord de la baie de Canche. Il complète le signal émis par le phare de la pointe du Touquet, sur la rive Sud. Le feu est installé sur un pilier métallique supportant une passerelle, à une hauteur focale de 17 mètres au-dessus du niveau de la mer et  mesure 11 m de hauteur. Il émet un signal lumineux à secteurs blancs d'une portée de 9 milles marins (environ16km) puis rouge et vert  d'une portée de 6 milles marins(environ11km), au rythme de deux occultations toutes les 6 secondes. Ces signaux permettent d'assurer le balisage du chenal vers le port d'Etaples.

http://www.cercle-nautique-du-touquet.fr/-amers-et-feux/amers-et-feux (carte)

Le phare d'Armand et le phare submersible de la baie de Canche vus depuis le sommet des dunes de Camiers
Le phare d'Armand et le phare submersible de la baie de Canche vus depuis le sommet des dunes de Camiers
L'épi submersible ouest à l'entrée du chenal de la baie de Canche - photo de Alexander Trabas
L'épi submersible ouest à l'entrée du chenal de la baie de Canche - photo de Alexander Trabas

Deux épis transversaux submersibles sur l'estran de Camiers, positionnés à une distance de 400m l’un de l’autre, signalent l'entrée du chenal de la baie de Canche. L’épi Ouest est matérialisé par une balise lumineuse, tandis que l’épi Est n’est pas éclairé. L'absence de signalement lumineux sur ce dernier nécessite la prudence des navigateurs qui entrent dans le chenal.

Le phare submersible de la baie de Canche - photo de Alexander Trabas
Le phare submersible de la baie de Canche - photo de Alexander Trabas

Un phare submersible, situé au centre de la baie de la Canche, sur la digue Nord du chenal d'accès au port d'Etaples émet des éclats lumineux qui apportent une aide complémentaire à la navigation, par rapport au phare d'Armand de Camiers et au phare de la Canche du Touquet. Ils forment ensemble un triangle lumineux balisant la baie, facilitant les entrées et sorties des bateaux, en fonction des diverses hauteurs de mer.

La bouée verte n°1 de l'entrée du chenal de la baie de Canche
La bouée verte n°1 de l'entrée du chenal de la baie de Canche

Un sytéme de bouées clignotantes numérotées, respectant les règles du code de navigation international, est mis en place le long du chenal d'accès au port d'Etaples depuis l'embouchure de la Canche. En venant du large, les bouées rouges sont positionnées à bâbord (à gauche de l'avant du navire), les bouées vertes à tribord (à droite de l'avant du navire). L'entrée du chenal de la baie de Canche est balisée par la bouée verte n°1 et la bouée rouge n°2 qui offrent une portée de 1,4 mille marins (environ 2 km) et envoient un signal scintillant toutes les 1,2 secondes.

Des phares et des gardiens au service de la navigation

Les gardiens des premiers phares de la Canche en 1896
Les gardiens des premiers phares de la Canche en 1896

La mission d'observation des gardiens de phare

On associe trop souvent les anciens gardiens de phare à la lanterne et au signal lumineux perceptible par les marins. Mais on oublie une autre fonction essentielle de ces hommes au service de la navigation. Leurs relevés quotidiens des données météorologiques consignées dans des registres ont permi d'établir le profil climatique des régions d'accès aux ports. Les marins-pêcheurs du XIXème siècles ont pu ainsi, grâce aux informations, analyses et statistiques transmises par les gardiens de phare, acquérir une connaissance poussée de l'orientation, de la fréquence des vents et de leur répartition en fonction des saisons. On a pu établir par exemple la dominance des vents d'ouest et de sud-ouest en baie de Canche en été et la diminution de leur fréquence en hiver. On a pu également déterminer la fréquence en automne de ces mêmes vents, responsables des tempêtes redoutées par les marins-pêcheurs. Ces informations ont fourni une aide précieuse à la communauté des pêcheurs d'Etaples qui doivent une partie de leur sécurité aux anciens phares du Touquet.